Un Partenariat Apostolique Authentique – Partie 3

Four12 Global ARTICLES, FRENCH ARTICLES

Écrit par Andrew Selley

READ IN ENGLISH 🇬🇧

Dans la deuxième partie de cette série d’articles, je mettais en évidence l’importance des relations apostoliques saines dans la négociation des nombreuses tempêtes auxquelles nos Églises sont confrontées au temps actuel. De nos jours, nous avons besoin d’apôtres courageux. Assez courageux pour proclamer des vérités impopulaires et pour mettre en garde l’Église contre les hérésies et les modes populaires qui sont dangereuses, plutôt que de dire seulement les choses qui garantiront une autre invitation à prendre la parole lors de la prochaine conférence. Dans le dernier article de cette série, nous allons examiner de plus près ce qu’est requis d’un partenariat apostolique pour promouvoir une Église saine.

Santé ou croissance

Dans les partenariats apostoliques, les Églises doivent être soigneusement construites dans la pierre angulaire du Christ. L’architecture de chaque partie de l’Église doit être testée par rapport au plan des Écritures et de cette manière, elle est soumise à l’architecture du Christ (He 11:10). Le but de l’apostolique est d’avoir des personnes saines et des relations saines entre les Églises. À fur et à mesure que les Églises se construisent, les questions de Comment? Pourquoi? Quelle? et Quand? doivent être considérées comme primordiales et non sacrifiées sur l’autel de la «croissance à tout prix». La santé est le but car les apôtres savent que les choses saines grandissent, et cette croissance signifie une croissance saine.

Parfois au sein des réseaux, lorsque de bonnes idées sont partagées et adoptées, la mesure de toutes choses est la croissance de l’Église. C’est une façon dangereuse de construire une Église car elle néglige le fait que la qualité de notre travail sera testée par le feu (1 Co 3:13 (LSG)). Ces Églises construisent pour un gain à court terme sans tenir compte de la douleur que cela peut entraîner à long terme. Si la croissance est l’objectif le plus important, si la taille est célébrée et imitée, mais les Églises sont immatures, charnelles, paresseuses et superficielles, ce n’est pas ce que Jésus avait en tête!

Participation et ordination

Le plan de Dieu pour désigner les dirigeants de l’Église est que les apôtres ordonnent les anciens. Il a été dit «montrez-moi vos dirigeants, et je vous montrerai le futur ADN de votre Église locale». Choisir les bons leaders est primordial pour une santé continue (Ti 1: 5-9 (LSG)). Dans le Nouveau Testament, nous voyons que les apôtres Paul et Barnabas ont désigné les anciens. De la même manière, Titus (2 Co 8: 23 (LSG), où «messager» est «apostolos») et Timothée (Ac 19:22 (LSG); 1 Th 1:1; 2:6 (LSG)) ont servi en tant qu’apôtres avec Paul et ont été envoyés dans les Églises locales autour d’Éphèse et de Crète pour désigner les anciens. En travaillant avec les anciens locaux, les apôtres sont capables de discerner la grâce et le caractère des futurs dirigeants et de s’assurer que les bonnes personnes sont désignées aux bons endroits.

En parlant de lui-même en tant qu’apôtre, Paul a dit qu’il était un «maître bâtisseur» (1 Co 3: 10 (LSG)). Les apôtres semblent bien savoir qui devrait servir à quel titre et quand. Cela sert les Églises locales et les protège. Un autre avantage de cela est que le travail futur des apôtres avec les dirigeants locaux et les Églises est basé sur la relation et la reconnaissance de la grâce au sein des dirigeants individuels dans le «domaine».

Dans les réseaux, les dirigeants locaux ont tendance à choisir, désigner, et ordonner les anciens sans perspective apostolique. Cela se traduira souvent par de mauvais choix, le népotisme, le favoritisme, et des choix faites sous pression des pairs plutôt que le choix de Dieu. Cela peut conduire à la destruction car lorsque les dirigeants échouent, les gens sont blessés et se dispersent. Jésus l’a dit comme ceci “frappez le berger et les brebis du troupeau seront dispersées” (Mt 23:31 (LSG)).

L’Autorité mutuellement soumise

Le fonctionnement du leadership est l’une des plus grandes merveilles du Nouveau Testament. Jésus a établi un modèle de leadership très différent de tout ce qui avait été vu auparavant dans son Église. Malheureusement, l’Église a gâché cela au cours de l’histoire en allant trop loin vers une autorité centralisée, ou là où il n’y a aucune autorité.

Dans les dénominations, on a tendance à attribuer trop d’autorité au sein d’une instance dirigeante centrale. De cette façon, l’autorité des anciens locaux est contournée et ils sont soumis à un contrôle confessionnel. Les réseaux apostoliques, en revanche, ont tendance à faire basculer la pendule dans l’autre sens, dans la mesure où les apôtres n’ont aucune autorité. Certains pasteurs locaux vive d’une manière qu’ils peuvent en grande partie rendre des comptes à personne. Personne s’occupe de leurs problèmes et personne est responsable pour l’autre. Dans ces circonstances, les apôtres ne sont guère plus que des prédicateurs qui sont de temps en temps invités à remplir les chaires et à bénir les Églises.

Dans les partenariats apostoliques, le désir de Dieu est que l’autorité des anciens locaux (pluriel) ne soit pas forcée ou contrôlée de l’extérieur. En reconnaissant la grâce de Dieu dans la vie de chaque apôtre et en suivant la direction de l’Esprit, les anciens s’en remettent à l’influence et à la responsabilité apostolique. Ils testent ceux qu’ils croient être des apôtres (Rev 2: 2 (LSG)) et cèdent au fur et à mesure qu’ils discernent la grâce, la voix et la vérité du Christ parmi les apôtres qui réussissent leur test. Les apôtres ne peuvent «dominer» la foi de personne, mais la soumission est donnée par les anciens locaux tant qu’ils reconnaissent la grâce du Christ et les paroles du Christ qui viennent de l’apôtre avec lequel ils sont en partenariat. L’autorité dans le royaume de Dieu est donnée, pas prise, mais en travaillant efficacement ensemble, l’équilibre entre la liberté et la responsabilité peut être correctement vécu. Cela profite à la fois à l’Église locale et au mandat apostolique de faire des disciples des nations.

Nous espérons que les réflexions soulevées dans ces derniers articles ont démontré de façon persuasive pourquoi les partenariats apostoliques sont la manière dont Dieu a destiné que les Églises travaillent, individuellement et ensemble, pour sa gloire.

Comme dans le jardin d’Éden, notre volonté de construire dans les limites du plan de Dieu déterminera si nos Églises jouiront d’une communion continue avec le Seigneur et les unes avec les autres. Cela déterminera si nous voyons la bénédiction, la fécondité et la multiplication donné par Dieu sur la terre ou non. Ceux qui se trouvent dans des relations apostoliques qui gardent la mentalité de «réseau» qui a été détaillée dans ces articles utilisent des matériaux fabriqués par l’homme qui sont faibles et entraîneront un travail corrompu. Nous ne devons pas gâcher ceci parce que l’Église est appelée à être l’espoir des nations et nous sommes chargés et responsables d’elle dans notre génération!


SÉRIE D’ARTICLES:
Un Partenariat Apostolique Authentique – Partie 1
   |    Un Partenariat Apostolique Authentique – Partie 2


À PROPOS DE L’AUTEUR
Andrew est l’apôtre principal de Four12. Il dirige également Joshua Generation Church (JoshGen) et est le fondateur et directeur de FOR SA (Freedom of Religion South Africa – la liberté de la religion en Afrique du Sud). Il est basé au Cap avec son incroyable épouse Emma et sa fille Enyah. Vous pouvez le suivre sur Facebook.

Share this Post

 

Back to top